Un peu comme l’agriculture, l’aquaculture consiste en la production d’algues ou d’animaux dans un milieu aquatique. Elle s’est développée depuis quelques années déjà dans le monde et constitue une réponse à la problématique de l’alimentation face à une population mondiale sans cesse croissante.


L’aquaculture en milieu naturel ou en eau douce

L’élevage de poissons intensif en milieu naturel se traduit par la création à proximité des rivières, des réservoirs d’eau où sont élevés des poissons. Il peut s’agir d’immenses cages ou des cuves immergées et ancrées sur le fond. On y élève des poissons comme

  • le saumon ;
  • la truite ;
  • le bar ;
  • la daurade ;
  • la truite ;
  • l’anguille ;
  • l’esturgeon ;
  • le tilapia, etc.

Les poissons y sont élevés jusqu’à ce qu’ils atteignent une taille commercialisable. Les réservoirs fonctionnent soit en flot continu ou en système clos. Le fonctionnement en flot continu permet aux réservoirs d’être alimentés d’amont en aval par l’eau des rivières, il laisse très peu d’empreintes énergétiques, mais la température et la teneur en oxygène de l’eau peuvent varier et impacter négativement la rentabilité piscicole. Dans le système clos par contre, l’eau de la rivière est filtrée et réinjectée dans le réservoir. Le système est très énergivore, mais offre un meilleur suivi. Dans le système clos, les poissons sont principalement nourris avec des produits alimentaires artificiels.

L’aquaculture en étang

Les poissons sont élevés dans des bassins d’élevage remplis d’eau douce ou salée en fonction des espèces cultivées. Les étangs sont entretenus de manière à fournir un écosystème aux poissons et les ressources nécessaires pour s’alimenter naturellement. L’impact sur l’environnement est minime. Elle permet une bonne gestion de la biodiversité.

L’aquaculture extensive en étang est principalement réservée à l’élevage des espèces d’eau douce. Cette technique d’aquaculture est favorable à la culture d’espèces différentes dont les régimes alimentaires sont exclusifs et/ou complémentaires. On peut également la combiner avec l’agriculture ou encore l’élevage de bétail ou d’animaux de basse-cour.


Avantages et inconvénients de l’aquaculture

Grâce au recyclage de l’eau et des nutriments, la production aquacole est bien plus durable. On note une consommation d’énergie réduite grâce à des coûts de pompage moins élevés. L’aquaculture nécessite moins de nourriture et son impact environnemental est inférieur. Elle assure grâce à la culture d’espèces aquacoles nourries (poissons, crevettes, etc.) avec des espèces aquacoles extractives organiques (crustacés, poissons herbivores, etc.) et des espèces aquacoles extractives inorganiques, une durabilité environnementale et une stabilité économique à travers la diversification des produits.

L’aquaculture joue un rôle crucial dans l’alimentation de la population mondiale. Elle représente déjà la moitié de tous les produits à base de poissons que nous consommons dans le monde. Elle contribue à la restauration des populations d’espèces menacées ou en voie de disparition rétablir et au renforcement des stocks halieutiques sauvages dans les eaux douces et salées.

On note entre autres une grande réduction des risques. Toutefois certains systèmes sont plus complexes à gérer. Aussi, les maladies peuvent aussi se propager très rapidement.

En bassin naturel ou artificiel, en eau douce ou en pleine mer, l’aquaculture nécessite l’apprentissage des meilleurs techniques pour mieux contrôler la production aquacole. Vous pouvez aussi bien vous faire former pour devenir technicien en aquaculture.

Sources :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here