poissons en bassin ou en milieu naturel est une activité très porteuse. En effet, la pisciculture est une belle opportunité d’investissement. Cette branche de l’aquaculture attire de plus en plus de producteurs. La rareté de la ressource en mer explique en partie l’essor de ce mode de production. Ainsi, plusieurs espèces sont élevées en eaux salées, en eaux douces ou en eaux saumâtres. Focus sur cet investissement.

Les opportunités d’investissement

Le secteur de la pisciculture compte des entreprises de différentes tailles. Selon votre capacité financière, vous pouvez trouver grâce au site Le Blog Finance comment placer votre argent. De nombreux articles traitent des secteurs porteurs tel que l’élevage de poissons. Ce dernier est devenu très prospère et appréciée des investisseurs.

Le cas de la salmoniculture

Ce segment du secteur piscicole regroupe près de 400 entreprises. Elles produisent notamment la truite arc-en-ciel. Il est possible de lancer un business ou d’investir dans une activité déjà existante. La moitié des producteurs réalisent moins de 500 tonnes annuellement.

Les opportunités de développement sont donc assez importantes dans la production de salmonidés. Les projections sont favorables notamment pour la pêche de loisir et le marché du repeuplement.

Le cas de la pisciculture d’étang

La pisciculture d’étang est la mieux indiquée si vous préférez investir dans une activité traditionnelle. Les quantités produites sont nettement moins importantes. Elles sont destinées principalement à la vente sur le marché du repeuplement.

L’autre partie des produits est consacrée à la consommation directe. Généralement, les acteurs pratiquent une culture intensive, ce qui permet d’obtenir rapidement un retour sur investissement. Les espèces concernées sont également assez diverses.

Le cas de la pisciculture marine

C’est le segment de la pisciculture qui nécessite le plus d’investissement. On y dénombre moins de 30 entreprises dont le quart fournit plus de 80 % de l’offre. Cette situation est due notamment à la difficulté de trouver un site. Cela constitue une barrière à l’entrée pour les potentiels investisseurs. Toutefois, la France occupe une place de choix dans le classement des exportateurs d’alevins.

Ce qu’il faut pour investir dans les poissons

Le secteur de la pisciculture est accessible avec un investissement de départ peu conséquent. Différents programmes en ligne permettent d’apprendre à gérer une unité de production. Les équipements nécessaires peuvent aussi être facilement trouvés auprès des fournisseurs spécialisés.

Le montant de l’investissement

La capacité d’investissement requise dans le secteur piscicole dépend de la surface à exploiter et de la quantité produite. Avec 1 000 €, il est possible d’effectuer les dépenses d’installation. La rentabilité est estimée à environ 20 % pour des productions annuelles d’environ 500 kg. Les coûts proportionnels au volume de production représentent à peu près 50 % des dépenses d’exploitation.

Les connaissances requises

La gestion d’une unité de production requiert certaines connaissances techniques. À défaut, l’investisseur peut disposer de capacités managériales pour piloter les actions de son personnel. En début d’activité, il a la possibilité de se faire conseiller par un expert. Il est aussi en mesure de suivre une formation en présentiel ou à distance. En outre, il est possible de s’associer avec un exploitant pour cofinancer ses activités.

Les équipements nécessaires

L’exploitation a besoin d’une alimentation en eau permanente. Il peut réaliser des aménagements comme un barrage ou un étang. D’autres types d’installations peuvent servir de bassins. Certains fournisseurs proposent des kits complets prêts à être mis en place. Concernant les alevins, ils sont également très accessibles.

Se positionner sur les alevins

La reproduction des poissons est un bon moyen pour investir dans le secteur piscicole. Les œufs de différentes espèces s’exportent bien en Europe. Le volume des ventes a été multiplié par trois en l’espace de quelques années.

Les espèces prisées

Les daurades et les bars sont essentiellement les espèces qui se vendent le mieux. Les récentes avancées ont permis la percée de la production de caviar. En effet, l’élevage d’esturgeons est développé en eau douce. Pour le moment, il s’agit d’une niche contrôlée par quatre entreprises. Mais avec la possibilité de l’augmentation des exportations, les opportunités d’investissement devraient se multiplier. De plus, son tarif est assez élevé, ce qui permet de faire une bonne marge.

Un savoir-faire reconnu internationalement

La qualité des larves de poissons fournies par la France est reconnue sur le plan international. Les acteurs vendent plus de 3/5 de leur production aux pays européens au bord de la Méditerranée. Au total, près de 300 millions d’alevins sont recensés tous les ans. La force de ce segment réside dans la mise en place d’un cahier de charges. Chaque producteur respecte les conditions établies pour bénéficier de ce label de qualité. Il est donc conseillé d’investir sans aucun souci.

En conclusion, la pisciculture est une belle idée d’investissement. Il est possible de produire différentes espèces destinées à la consommation locale ou à l’exportation. Les producteurs trouvent facilement preneurs en raison de la rareté des ressources halieutiques. Il y a de bons outils pour préparer son entrée dans cette branche de l’aquaculture.