La carpe japonaise, encore connue sous l’appellation de carpe koï désigne une race de poisson d’eau douce créée à partir de croisements entre individus choisis de la carpe commune. Cette race appartient à la sous-espèce cyprinus carpio Linnæus. Elle se démarque des autres races de poissons ornementaux par certains traits caractéristiques qui lui sont propres. Son prix et certaines informations spécifiques singularisent la race et permettent de l’identifier. Découvrez donc ici cette race fascinante de poissons.

 

Histoire de la carpe japonaise

 

Contrairement à la croyance du commun des mortels selon laquelle le poisson koï est originaire du Japon, il provient en réalité d’Iran. Ce poisson existait déjà bien avant son apparition au Japon. Plusieurs écrits chinois faisaient déjà état de son existence. C’est à la faveur des invasions chinoises que cette race fut introduite au Japon où son élevage a connu un certain succès. Les divers croisements effectués ont permis avec le temps d’obtenir toutes les variétés qui existent aujourd’hui, notamment la carpe jaune, rouge, blanche, etc. II a fallu attendre la Deuxième Guerre mondiale pour voir la race se répandre dans le monde entier grâce au transport aérien et à la naissance d’élevages en dehors du Japon. II s’agit des pays comme la Chine, le Vietnam ou la Corée qui ont énormément développé l’élevage de cette race de poisson ornemental. Au Japon, cette carpe est également appelée Nishikigoï.

 

Les caractéristiques de la carpe japonaise

Malgré la multitude de variétés existantes, il est possible grâce à certains traits physiques de reconnaitre une carpe japonaise. Aux caractéristiques physiques s’ajoutent quelques caractéristiques sur le plan comportemental qui permettent elles aussi d’identifier ce poisson des eaux douces.

Les caractéristiques physiques du poisson koï

II est vrai que chaque variété possède ses propres caractéristiques, mais de manière générale, une carpe japonaise se reconnait par :

  • Sa peau très souvent en deux couleurs au minimum dont l’une parait plus vive que l’autre. On peut par exemple rencontrer des combinaisons de couleurs comme le gris et l’orange, le jaune et le gris, le rouge et le noir ou encore le blanc et le rouge. Toutefois, certaines carpes japonaises possèdent une couleur unie ;
  • Sa taille qui peut monter jusqu’à 100 centimètres, même si pour l’ornement, les particuliers ont tendance à préférer les carpes de petite taille ;
  • Le corps arrondi et large des femelles, comparativement à celui des mâles ;
  • Sa bouche plutôt grande, avec des lèvres relativement épaisses ;
  • Sa beauté physique remarquable ;
  • Ses écailles douces au toucher qui recouvrent en fonction de l’espèce, tout son corps ou seulement son dos ;
  • Ses nageoires plus ou moins grandes et
  • Son poids qui oscille entre 1 et 10 kilogrammes.

Caractéristiques comportementales de la carpe japonaise

Les carpes koï sont des poissons calmes et sereins, on comprend de ce fait leur préférence pour les eaux douces. Appréciant remonter la rivière à contre-courant, on les considère comme des poissons forts. Pour cette raison, dans la tradition japonaise, ils représentent le courage et la persévérance. Ils sont pacifiques et apprécient beaucoup se déplacer en groupe. Très sociables, cohabiter avec d’autres carpes ou avec des poissons appartenant à d’autres races ne leur pose aucun problème.

 

Les conditions de vie de la carpe koï

Cette race de poisson aime vivre dans certaines conditions lorsqu’elle demeure dans son environnement naturel. Si elle vit plutôt en captivité, certaines conditions doivent également être réunies pour lui permettre de continuer à vivre, à grandir et à se nourrir convenablement.

Les conditions de vie en milieu naturel

Comme mentionné plus haut, la carpe japonaise désigne une race de poisson vivant essentiellement dans les eaux douces. Son environnement naturel par excellence est la rivière où les conditions pour son épanouissement et son bien-être, notamment la température et la nourriture, sont réunies. Dans ces eaux douces, les carpes japonaises n’ont pratiquement aucun prédateur, ce qui explique leur prolifération très rapide lorsqu’elles arrivent dans une nouvelle rivière.

Les conditions de vie du poisson koï en captivité

Vous l’aurez sans doute remarqué, les carpes japonaises peuvent devenir de très gros poissons. Pour cette raison, et contrairement à d’autres races de poissons ornementaux, certaines carpes koï ne peuvent pas vivre en aquarium. Lorsqu’elles sont en captivité, il est impératif de leur aménager des bassins spéciaux ou des étangs. Ces derniers doivent être suffisamment grands et contenir beaucoup d’eau parce qu’une seule carpe adulte a besoin au minimum d’un mètre cube d’eau pour s’épanouir. Le bassin doit avoir au minimum une profondeur de 150 centimètres. II est aussi nécessaire que l’eau du grand bassin ou de l’étang soit à une température donnée. En effet, les carpes japonaises n’apprécient pas du tout la fraicheur. Ils vont tout de suite se réfugier dans les fonds du bassin ou des étangs au fur et à mesure que la température baisse. Les bassins ou étangs destinés à accueillir la carpe koï doivent être aménagés de manière à contenir beaucoup d’oxygène. II est possible d’introduire dans ces étangs, certaines plantes aquatiques appréciées par les carpes japonaises qui peuvent soit les manger, soit s’en servir comme abri lorsqu’elles se réfugient dans les fonds. Toutefois, il est impératif que ces plantes ne se situent pas dans les zones de nage des poissons. Un puissant filtre est nécessaire pour séparer les deux zones. Ceci permet d’éviter qu’en dévorant ces plantes, les poissons ne troublent l’eau. Une pompe sera aussi nécessaire pour aider à maintenir l’eau du bassin propre et limpide.

Alimentation, soins et reproduction de la carpe japonaise

Garantir une bonne santé au poisson koï impose de lui offrir une alimentation respectant certaines exigences. Lorsque c’est le cas, ce poisson s’épanouit aisément et parvient à se reproduire sans difficulté aucune.

  • Alimentation

L’alimentation de la carpe japonaise doit être de très bonne qualité, elle doit être aussi riche que variée. Pour son bien-être, ce poisson a besoin de vitamines et de minéraux. Ses nourritures doivent donc suffisamment en contenir. De nature omnivore, ce poisson mange un peu de tout. II peut manger des végétaux et des proies vivantes. L’alimentation de la carpe japonaise doit également contenir beaucoup d’hydrate de carbone et de protéines. Tout ceci est nécessaire pour le bien-être de cet animal aquatique, mais également nécessaire pour lui permettre de posséder assez de nutriments afin de passer la période d’hiver. Comme rappelé plus haut, la carpe japonaise n’apprécie pas la fraicheur et ne viendra que très rarement en surface pendant cette période, et cela même pour manger. Pendant l’hiver, lorsque la température de l’eau est en dessous de 6°C, ce poisson particulier entre dans une phase de léthargie ou de semi-hibernation.

 

  • Soins du poison Koï

La santé du poisson Koï exige qu’il vive dans un environnement sain et propre. C’est pourquoi son bassin ou son étang doit être équipé de filtres ou de pompe qui assurent une limpidité permanente de l’eau. Lorsque toutes ces conditions nécessaires sont réunies, la carpe japonaise jouit d’une parfaite santé et possède une espérance de vie pouvant grimper jusqu’à 50 ans voire plus.

  • Reproduction de la race

Ces poissons sont reconnus pour leur capacité de reproduction extraordinaire. En effet, une femelle de la carpe japonaise peut pondre jusqu’à 200 000 œufs. Même s’il est possible qu’une certaine partie de ces œufs ne survive pas, une grande partie reste néanmoins en vie et finit chacun par éclore.

 

Quelques classifications de carpes japonaises

La carpe japonaise est souvent classée en espèces, en catégories et en variétés.

Espèces de carpes existantes

II existe deux grandes espèces de carpes que leur apparence physique permet de différencier :

  • La Wagoï qui est une espèce possédant des écailles sur tout le corps et
  • La Doïtsu qui elle ne possède d’écailles que sur son dos.

Catégories de carpes japonaises

En fonction de son âge, le poisson koï est classé en catégorie. Ainsi, nous avons :

  • La Tosaï qui est une carpe âgée de moins d’un an et mesurant entre 10 et 15 centimètres ;
  • La Nisaï âgée d’environ deux ans et mesurant entre 30 et 50 centimètres ;
  • La Sansaï âgée de 3 ans au moins et dont la taille peut atteindre 70 centimètres ;
  • La Yonsaï âgée de 4 ans qui mesure entre 60 et 80 centimètres ;
  • La Gosaï âgée de 5 ans et qui mesure entre 70 et 90 centimètres ;
  • La RokusaÏ âgée de 6 ans et dont la taille peut atteindre 1 mètre.

Quelques variétés

Les carpes japonaises sont classées en variété sur la base de leurs différentes couleurs. On peut rencontrer :

  • Kohaku : une variété blanche à taches rouges ;
  • Taisho-Sanke : une variété tricolore à fond blanc, avec des taches rouges et noires ;
  • Showa-Sanshoku : une variété tricolore à fond noir, avec des taches blanches et rouges ;
  • Bekko : une variété bicolore existante en trois sous-variétés notamment la Shiro-Bekko, la Aka-Bekko et la Ki-Bekko ;
  • Goshiki : une variété possédant cinq couleurs différentes à savoir le noir, le blanc, le rouge, l’indigo et le gris ;
  • Chagoï : une variété unicolore essentiellement grise ;
  • Tancho : une variété possédant une tache rouge sur la tête, symbole du drapeau japonais.

 

Prix d’une carpe japonaise

La carpe japonaise ne possède pas un prix standard. En fonction de certains facteurs comme la taille et le poids, ce prix peut varier. Néanmoins, on peut affirmer qu’elle coûte entre 30 et 300 euros, toutes variétés comprises.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here